samedi, 23 septembre 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Chapelle Notre-Dame de Bon-Voyage

Bourg
Plounérin
Côtes d'Armor

    Edifiée au XVIe siècle, la chapelle présente un plan rectangulaire avec une chapelle latérale au sud.
    Sur les sablières figurent les armes des fondateurs, Jehan de Chastel (seigneur de Bruillac) et son épouse, Marie Le Long de Keranroux.
    En 1793, la chapelle servit de lieu de réunion aux officiers municipaux. N’ayant pas trouvé d’acquéreur, l’édifice fut rendue au culte en 1794.
    Sur la façade sud, le visiteur remarquera le cadran solaire gravé sur une avancée cylindrique émergeant à 60 centimètres.
    A proximité de la chapelle se trouve un oratoire gothique datant du XVe siècle .
    
    Situation : le village de Plounérin est situé à environ 30 kilomètres à l’ouest de Guingamp ; la chapelle Notre Dame de Bon Voyage se trouve à proximité du bourg, en bordure de l’ancienne voie Paris-Brest.
   

 
      

Chapelle Notre-Dame du Dresnay

Le Dresnay
Loguivy-Plougras
Côtes d'Armor

    La chapelle du Dresnay a été construite par la famille Quelen du Dresnay au cours de la seconde moitié du XVIème siècle.
    Au moment de la Révolution, les terres du Dresnay étaient la propriété de l’illustre Marquis de Lafayette, héros de la guerre d’indépendance américaine.
    La chapelle présente un plan en forme de croix latine, avec un chevet plat. Son clocher est composé de 2 baies géminées surmontées d’une arcade terminée par un lanterneau.
    L’entrée à colonnes surmontées d’un fronton est empreinte d’un style Renaissance.
    La place du petit village du Dresnay fut le lieu d’un événement tragique en mai 1944 : douze hommes du village furent déportés en Allemagne et y moururent.
    Un monument a été érigé en leur mémoire auprès de la chapelle.
    
    Situation : la chapelle du Dresnay est située à environ 5 kilomètres au sud-ouest de Belle-Isle-en-Terre. Partant de Belle-Isle, il faut d’abord aller jusqu’à Loc-Envel puis prendre la direction de Loguivy-Plougras.
   

 
      

Chapelle Saint-Carré

Saint-Carré
Lanvellec
Côtes d'Armor

    La chapelle Saint Carré est dédiée à Notre-Dame de Pitié.
    Sa construction fut décidée à la suite de trois apparitions de la Vierge à Jean Bizien, un paysan de Lanvellec, en 1660.
    La chapelle fut édifiée en 1696 et 1697. En 1875, le clocher fut détruit par la foudre et la chapelle dut être reconstruite.
    La chapelle possède un clocher mur avec une tourelle d’accès ; au-dessus du porche se trouve un oratoire extérieur.
    Des chaînes accrochées à l’une des poutres rappellent l’histoire d’un bagnard. Celui-ci, injustement condamné, fit le voeu d’un pélerinage pieds nus pour offrir ses chaînes à la Vierge de Saint-Carré, s’il était innocenté. Le véritable meurtrier fit des avoeux sur son lit de mort et le bagnard injustement accusé réalisa son voeu.
    Le pardon a lieu durant les trois jours de la Pentecôte.
    
    Situation : la chapelle Saint-Carré est située à environ 4 kilomètres au sud-ouest de Plouaret ; la direction du village de Saint-Carré est indiquée à partir de la route principale joignant Plouaret à la RN12.

 
      

Chapelle Notre-Dame de Kernitron

Kernitron
Lanmeur
Finistère

    La chapelle de Kernitron est très ancienne : sa construction remonte au début du XIIème siècle. De l’édifice roman susistent la nef et le transept.
    Le choeur gothique anglais date du XIVème siècle ; la construction de la façade ouest démarra en 1444.
    Une tourelle permet d’accéder au clocher-tour central.
    Le portail du transept sud, riche de significations symboliques, illustre l’apocalypse selon Saint-Jean.
    La chapelle est vouée à la Sainte-Trinité.
    En contre-bas de la chapelle, on peut découvrir une belle fontaine.
    Le pardon est célébré le 15 août.
    
    Situation : la chapelle de Kernitron est située à quelques centaines de mètres au nord-ouest du centre-ville de Lanmeur.

 
      

Chapelle Notre-Dame de la Joie

Notre-Dame de la Joie
Guimaëc
Finistère

    L’origine de la chapelle remonte aux Croisades ; sa fondation est attribuée aux Seigneurs de Trémédern.
    La chapelle actuelle a été construite au XVe siècle et restaurée aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.
    Elle est en forme de tau et possède un clocher-mur surmonté d’un lanternon.
    A l’intérieur, on peut découvrir un autel en pierre datant de 1499, un beau chancel (clôture du Chœur) du XVIe ainsi que des peintures murales d’époque.
    Un muret en pierre entoure la chapelle.
    
    Situation : la chapelle Notre-Dame de la Joie se trouve à environ 2 kilomètres à l’est de Guimaëc.
   

 
      

Chapelle Saint-Cado

Saint-Cado
Ploumilliau
Côtes d'Armor

    La chapelle Saint-Cado (Sant-Kado, en breton) date de 1758.
    Saint-Cado est connu dans la légende d’Arthur pour son évangélisation de l’enchanteur Merlin.
    La peinture centrale du retable représente Saint-Cado bénissant deux fidèles.
    A proximité se trouve une fontaine réputée guérir les écrouelles (lésions cutanées du cou consécutives à la tuberculose) ou ‘maladie de Saint-Cado’.
    Le pardon est célébré à la fin avril.
    
    Situation : La chapelle Saint-Cado se trouve à un kilomètre au nord du bourg de Ploumilliau.
   

 
      

Chapelle Saint-Mélar

Saint-Mélard
Plouzélambre
Côtes d'Armor

    Cette chapelle, datée de 1623, domine la vallée du Roscoat. De ce point culminant à 117 mètres, on peut apercevoir, au loin, la baie de Saint-Michel.
    La chapelle renferme une statue de Saint-Mélar qui tient sa main droite tranchée dans sa main gauche.
    Mélar était le fils de Milliau, comte de Cornouaille et roi de Domnonée. Il n’avait que sept ans quand son oncle Rivod assassina son père. Pour affermir son nouveau pouvoir, Rivod tenta d’empoisonner Mélar. La légende dit que Mélar, très pieux, signait ses aliments et, qu’ainsi, il ne fut pas empoisonné. Devant cet échec, Rivod envoya une troupe de guerriers pour assassiner Mélar. Attendris par les larmes de sa mère et la résignation du Prince, ceux-ci se contentèrent de lui trancher la main droite et le pied gauche, lui ôtant ainsi toute possibilité de régner.
    Mélar se retira dans le monastère de Quimper où on lui fit un pied d’airin et une main d’argent. Bientôt Mélar redevint très adroit et surpassa en adresse les guerriers les plus agiles.
    Craignant de plus en plus pour son trône, Rivod paya le Comte de Kerioltan et son fils Justin pour assassiner Mélar. Ceux-ci tranchèrent la tête du malheureux avant de la remettre à Rivod. Trois jours après, Rivod expira dans un accès de frénésie et le Comte de Kerioltan perdit la vue. Quant à Justin, il se rompit le cou en tentant de fuir.
    
    Situation : La chapelle Saint-Mélar se trouve à environ 1,5 kilomètre au nord du village de Plouzélambre. Partant du bourg de Plouzélambre, il faut prendre la direction de Ploumilliau, la route menant à la chapelle est indiquée sur la gauche, environ un kilomètre après avoir quitté le bourg.
 

 
      

Chapelle Saint-Nicolas

Saint-Nicolas
Plufur
Côtes d'Armor

    Isolée au fond d’un vallon du Yar, cette belle chapelle a été édifiée en 1488, suite à une commande du seigneur de Plusquellec.
    Elle fut l’une des premières réalisations de l’atelier Beaumanoir de Morlaix.
    La chapelle mettait en oeuvre de nouvelles techniques telles que le chevet à noues multiples et le clocher-mur ; ces techniques firent école aux XVIe et XVIIe siècles dans toute la Bretagne.
    La chapelle Saint-Nicolas possède un clocher-mur en ’pi’, à deux chambres de cloches, avec une tourelle d’accès au sud. Son chevet comporte 3 pans.
    L’édifice a été classée monument historique en 1911.
    Le pardon est célébré vers le 15 août.
    
    Situation : La chapelle Saint-Nicolas se trouve à environ 2 kilomètres au sud-ouest de Plufur, non loin de la route joignant Plufur à Trémel.
   

 
      

Chapelle Sainte-Barbe

Sainte-Barbe
Plestin-les-Grèves
Côtes d'Armor

    Construite au XVe siècle dans le quartier du port ducal de Toul-an-Hery qui exportait des céréales en direction de l’Angleterre et de l’Espagne, la petite chapelle Sainte-Barbe se présente comme un édifice rectangulaire avec une chapelle adjacente.
    Elle possède un clocher-mur dont le clocheton porte la date de 1609.
    A la Révolution, la chapelle est vendue comme ‘Bien National’ au citoyen Le Cosquer de Plestin.
    A l’intérieur, on peut découvrir une poutre de gloire ainsi qu’un coffre à grains pour les offrandes.
    La chapelle est placée sous le vocable de Sainte-Barbe, patronne des gardes-côtes. Selon la tradition, la chapelle protège aussi les femmes enceintes et les nourissons.
    
    Situation : La chapelle Sainte-Barbe est située en bordure de la route de la corniche joignant Locquirec à Saint-Efflam ; elle se trouve sur la droite, quelques centaines de mètres après avoir franchi le Douron.
 

 
      

Chapelle Saint-Goulven

Saint-Goulven
Lanvellec
Côtes d'Armor

    Entourée d’arbres, la petite chapelle Saint-Goulven domine la vallée du Roscoat.
    L’édifice a été fondé au XVIIe siécle par la famille Quemper de Lanascol.
    En ruines en 1852, la chapelle était sur le point de disparaître ; les pierres étaient destinées à la construction de la mairie. Au dernier moment, miracle, on décida de restaurer l’édifice.
    En 1983, la chapelle menaçait à nouveau ruines ; elle fut restaurée grâce à l’action de Pierre Delestre.
    Entièrement construite en pierres de taille, la chapelle présente un plan rectangulaire. Sa porte latérale surmontée d’accolades gothiques provient probablement d’un édifice plus ancien datant du XVe ou XVIe siècle.
    L’intérieur renferme un beau retable en bois polychrome sculpté.
    En contrebas se trouve une fontaine datant de 1652.
    Le pardon est célébré le 4ème dimanche de juillet.
    
    Situation : La chapelle Saint-Goulven se trouve à environ 2 kilomètres au nord-est du bourg de Lanvellec, non loin de la route joignant Lanvellec à Keraudy.