mardi, 30 mai 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Eglise Notre-Dame de Keraudy (à Ploumilliau)

Keraudy
Ploumilliau
Côtes d'Armor

    Cette belle église fut construite à la fin du XVe et au début du XVIe siècles ; les travaux s’achevèrent en 1535.
    Au dessus du grand porche ogival, une secrétairie, appelée ‘chambre au lin’, était utilisée par le passé pour entreposer les dons en lin lors des fêtes de la Vierge.
    Avant d’être vouée à la Vierge, l’église était placée sous le vocable de Saint-Jean et dépendait des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem.
    L’église abrite un retable Renaissance représentant des scènes de la Passion du Christ.
    
    Situation : Le village de Keraudy se trouve à environ 10 kilomètres au sud-ouest de Lannion.

 
      

Eglise Notre-Dame de Miséricorde (à Runan)

Runan
Côtes d'Armor


    A l’origine, le site abritait une chapelle édifiée par les Templiers au XIIe siècle; elle était surnommée Runargant (le tertre d’Adgan). Runan était alors une trève de Plouëc-du-Trieux.
    Au XIVe siècle, une église gothique a remplacé la chapelle en mauvais état ; ce sont les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem installés au Palacret à Saint-Laurent qui en furent les fondateurs.
    L’édifice comprend une nef à cinq travées se terminant par un choeur à chevet plat.
    Le portail sud a été édifié par le commandeur de la fabrique Keramborgne entre 1435 et 1438. Son pignon porte un linteau sculpté représentant l’Annonciation ; les bas-reliefs s’apparentent à ceux de Notre-Dame de la Clarté à Perros-Guirec. Les voussures du portail, flanquées de pinacles latéraux, sont ornées de feuillages et portent des statues des apôtres.
    Le clocher-tour a été édifié en 1822.
    A l’intérieur, le visiteur peut découvrir un vitrail daté de 1423 ; il est constitué de 6 panneaux sur lesquels sont représentés des personnages de la bible ainsi que les blasons des donateurs.
    L’église renferme un retable en pierre daté de 1423 ; de style flamboyant, il comporte cinq bas-reliefs représentant des scènes de la Bible ( l’Annonciation, l’Adoration des Mages, la Crucifixion, la Mise au tombeau et le Couronnement de la Vierge).
    L’enclos paroissial a été construit au XVe siècle en granit gris du Trégor ; il comprend une chaire se dressant sur un socle hexagonal ainsi qu’un ossuaire d’attache daté de 1552.
    
    Situation : le village de Runan est situé à environ 18 kilomètres au nord de Guingamp, en bordure de la route reliant Guingamp à Tréguier.
    

 

 
      

Eglise Notre-Dame de Trédrez (à Trédrez-Locquémeau)

Trédrez-Locquémeau
Côtes d'Armor

    A l’origine, le site abritait une église vouée à Saint-Laurent, diacre et martyr du IIIe siècle ; Saint-Yves en fut le recteur de 1284 à 1292.
    L’ancienne église tombant en ruines, l’église actuelle la remplaça à partir de 1500.
    De style gothique flamboyant, l'édifice présente les caractéristiques de l’école Beaumanoir ; il possède un clocher-mur flanqué d’une tourelle et un chevet à trois pans.
    A l’intérieur, on peut observer un baptistère datant du XVIe siècle ; il comporte deux bassins communiquants en granit et une cuve en plomb du XVIIe siècle.
    Les sablières sont sculptées des armes des Coatrédrez, fondateurs de l’église.
    Le retable de l’autel de la chapelle sud, datant de 1520, représente la Vierge à l’arbre de Jessé.
    Le porche sud abrite des statues en bois polychrome du XVIIe siècle représentant les douze apôtres et le Christ.
    L’enclos paroissial abrite un ossuaire datant du XVIe siècle.
    
    Situation : Le village de Trédrez se trouve à environ 5 kilomètres à l’ouest de Lannion.
   

 
      

Eglise Saint-Briac

Bourbriac
Côtes d'Armor


    La construction de l’église Saint-Briac s’est échelonnée sur plusieurs siècles.
    L’édifice conserve des parties romanes : la crypte et le carré du transept.
    La crypte, de plan carré, date du XIe siècle. A l’origine, elle abritait le tombeau de Saint-Briac ; par la suite le tombeau a été remonté dans l’église et la crypte a servi de lieu d’internement des aliénés venus chercher la guérison dans l’église du saint thaumaturge. Jusqu’aux années 20, il était courant d’assister à la bénédiction des aliénés au cours de la grand-messe.
    Le carré du transept date du XIIe siècle ; il est composé de quatre gros piliers entourant le choeur, aisément datables par les tailloirs ornés de stries caractéristiques de l’art roman. A l’origine, ces piliers soutenait un clocher qui fut détruit par un incendie en 1765.
    La tour du clocher, dite « an tour nevez », dont la construction démarra en 1535, possède un porche gothique flamboyant. La flèche surmontant la tour a été édifiée à la fin du XIXe siècle.
    L’église offre la particularité de posséder un porche latéral s’ouvrant au nord. Ce porche, construit au XVIe siècle et fermé par deux portes, abrite des statues des apôtres.
    A l’intérieur de l’église, le visiteur peut découvrir le tombeau de Saint-Briac datant du XVIe siècle et, tout près, un sarcophage mérovingien du VIIe siècle. Celui-ci pourrait être le premier tombeau du saint.
    L’église renferme aussi un buste reliquaire de Saint-Briac ; ce buste sort de l’église deux fois par an : le jour de l’Ascension pour une procession autour des limites anciennes du monastère du saint et le troisième dimanche de juillet à l’occasion du pardon N’ouc’h ; à cette occasion, un feu de joie est allumé.
    Originaire d’Irlande, Saint Briac débarqua, en 548, sur la côte du Léon en compagnie de Saint-Tugdual, saint fondateur de l’évêché de Tréguier. Selon la tradition, Saint-Briac accomplit des miracles : il délivra un possédé et sauva un navire d’un naufrage.
    
    Situation : la petite ville de Bourbriac se trouve à environ 10 kilomètres au sud de Guingamp.
    

 
      

Eglise Saint-Colomban (à Tréveneuc)

Tréveneuc
Côtes d'Armor

Reconstruite entre 1743 et 1751, l'église Saint-Colomban conserve des éléments de l'édifice d'origine. Ainsi, le pignon sud avec sa porte, son contrefort et sa fenêtre date du XIVe siècle.

L'église abrite un bénitier cruciforme du XVe siècle. A l'origine, ce bénitier était un dîmier; c'est à dire un récipient servant à mesurer la dîme, redevance en nature versée aux ecclésiastiques.

L'église contient aussi trois retables de bois doré datant du XVIIIe siècle ainsi qu'une peinture de Saint-Servais datant de 1691.

Saint-Colomban était un moine irlandais de la fin du VIe siècle. Il débarqua sur les côtes d'Armorique avant de fonder un monastère à Luxeuil, dans les Vosges.

Situation : Le bourg de Tréveneuc se trouve entre les villes de Saint-Quay-Portrieux et de Plouha.

 
      

Eglise Saint-Efflam (à Plestin-les-Grèves)

Rue de l'Eglise
Plestin-les-Grèves
Côtes d'Armor

    Il est probable qu’à l’origine, une chapelle dédiée à Saint-Efflam se trouvait à cet endroit.
    Au XVe siècle, une église fut édifiée en remplacement de la chapelle ; de cette église, seule la nef subsiste de nos jours.
    Le clocher-tour fut ajouté au XVIe siècle, puis le côté nord au XVIIe et l’abside au XIXe.
    Lors de travaux réalisés en 1859, l’enclos paroissial, l’ossuaire gothique et le calvaire furent détruits afin d’agrandir la route.
    En 1944, l’église fut minée, incendiée et en partie détruite ; les travaux de restauration s’échelonnèrent jusqu’en 1964.
    Le porche principal (XVIe), surmonté d’une secrétairie, abrite les statues des douze apôtres ; celles-ci ont été finement sculptées dans le kersantile par l’artiste Roland Doré.
    L’intérieur de l’église abrite le tombeau de Saint-Efflam daté de 1550.
    Efflam, né en 448, était le fils d’un roi irlandais. Marié très jeune à Enora, il fit voeu de chasteté. Fuyant les dissipations de la cour, il partit pour la Bretagne en compagnie de plusieurs autres futurs saints : Kirio, Mélec, Haran, Nérin, Carré, Eversin et Tuder. La légende dit que c’est au Grand Rocher qu’Efflam rencontra le roi Arthur qui poursuivait un dragon. Efflam fit jaillir une source où Arthur puisa de nouvelles forces pour repousser le dragon à la mer. Par la suite, Enora rejoignit son époux dans un oratoire que celui-ci lui avait fait bâtir. Efflam mourut en 512.
    L’église Saint-Efflam est classée monument historique.
    
    Situation : La ville de Plestin-les-Grèves se trouve à environ 12 kilomètres au sud-ouest de Lannion.
    
 

 
      

Eglise Saint-Envel (à Loc-Envel)

Loc-Envel
Côtes d'Armor

    L’église Saint-Envel a été édifiée au XVIe siècle à l’endroit où l’ermite Envel s’installa au VIe siècle.
    Les moines bénédictins de Saint-Jacut de la mer furent les fondateurs de l’église et c’est l’atelier Beaumanoir de Morlaix qui fut en charge de sa construction.
    De style gothique flamboyant, l’église possède un clocher-mur flanqué d’une tourelle et un chevet à noues multiples. Le visiteur remarquera sur les rampants la présence de pierres de crossettes représentant les forces du mal qui devaient être tenues en dehors de l’espace sacré de l’église.
    L’intérieur de l’église a conservé son décor originel.
    Ainsi, le visiteur pourra admirer une voûte particulièrement ouvragée et des sablières ornées de sculptures d’animaux.
    Un jubé de style gothique flamboyant finement sculpté entoure le choeur. L’autel en granit du XVIe siècle est surmonté d’un retable en bois du XVIIe siècle.
    Les vitraux ont également été conservés ; le vitrail central décrit en six panneaux la vie de Saint-Envel.
    A proximité de l’église se trouve une fontaine dédiée au saint.
    
    Situation : Le village de Loc-Envel se trouve à environ 20 kilomètres à l’ouest de Guingamp.
 

 
      

Eglise Saint-Hervé (à Quemperven)

Quemperven
Côtes d'Armor

    L’église a été rebâtie au XVIe siècle sur les plans d’une église primitive datant du XIVe siècle et dont il demeure un pilier.
    Au XVIIIe siècle, l’église a été agrandie : le porche surmonté d’une secrétairie date de 1712 et les deux chapelles latérales de 1731 et 1732.
    L’église est vouée à Saint Hervé, saint protégeant de la menace des loups et de la peur. Selon la tradition, Saint Hervé, moine breton du VI ème siècle, domestiqua le loup qui avait égorgé l’âne de son ami.
    
    Situation : Le village de Quemperven se trouve à environ 10 kilomètres au sud-est de Lannion.
 

 
      

Eglise Saint-Ivy (à Lannion - Loguivy-lès-Lannion)

Loguivy-lès-Lannion
Lannion
Côtes d'Armor


    C’est à cet endroit que Saint-Ivy installa un ermitage et construisit une chapelle au VIIe siècle.
    Saint-Ivy était un moine irlandais de Lindisfarne né en 650 et venu en Armorique aux alentours de 685. Le saint aurait débarqué vers le Mont-Saint-Michel puis aurait poursuivi son périple en direction de la baie de Saint-Brieuc, avant de suivre la côte de Paimpol à Trégastel et d’arriver dans l’embouchure du Léguer.
    L’église actuelle fut construite entre le XVIe et le XVIIe siècle à l’emplacement de l’ancienne chapelle. Les seigneurs de Kergomar en furent les fondateurs et lui firent don d’un bras-reliquaire renfermant les reliques de Saint-Ivy.
    L’église est de plan rectangulaire, avec une chapelle au nord et deux chapelles au sud ; elle possède un clocher-mur à trois chambres de cloches accessibles par un escalier sur le rampant sud.
    A l’intérieur, on peut observer une voute lambrissée peinte en bleu ainsi qu’un retable de la Nativité.
    Un très bel enclos paroissial entoure l’église. Le mur d’enclos comporte un grand porche jadis fermé par une porte ainsi que des échaliers qui permettaient aux paroissiens d’accéder à l’enclos sans avoir à ouvrir la porte.
    A l’intérieur de l’enclos, on peut découvrir une fontaine en forme de colonne à vasque datée de 1577 ainsi qu’un if séculaire.
    En bordure du Léguer se trouve une fontaine en granit du XVIe dédiée au saint.
    Le pardon de Saint-Ivy est célébré le premier dimanche de mai.
    
    Situation : Le village de Loguivy-lès-Lannion se trouve à environ 1,5 kilomètre à l’ouest du centre-ville de Lannion.
    

 
      

Eglise Saint-Ivy (à Ploubazlanec – Loguivy-de-la-mer)

Loguivy-de-la-Mer
Ploubazlannec
Côtes d'Armor

A l'origine, le village de Loguivy possédait une chapelle datant de 1759.

En 1945, Loguivy devient une paroisse indépendante, en raison de son trop grand éloignement de l’église paroissiale de Ploubazlanec.

La construction de la nouvelle église est achevée en 1949 ; plusieurs éléments de l’ancienne chapelle sont réutilisés.

Le concepteur de l’édifice est l’architecte James Bouillé ; celui-ci appartient aux Seiz Breur, littéralement Les Sept Frères, un mouvement d’architectes qui cherchent à renouveler l’art celtique en s’inspirant d’une tradition typiquement bretonne.

Située sur le port de Loguivy, l’église semble influencée par son environnement ; sa charpente évoque une coque de bateau renversé ; son clocher est surmonté d’un poisson.

Un vitrail commémore le débarquement sur les terres bretonnes en 687 d’Ivy, saint originaire d’Outre-Manche.

Situation : Le village de Loguivy-de-la-mer se trouve à environ 3 kilomètres à l’ouest du bourg de Ploubazlanec.