lundi, 27 février 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Eglise Saint-Jacques (à Locquirec)

Rue de l'Eglise
Locquirec
Finistère

    L’église a succédé au XII-XIIIe siècle à un oratoire dédié à Saint-Guirec. La nef et le bas côté nord remontent à cette époque.
    L’édifice a été agrandi au XVIIe siècle : le bas-côté sud a été ajouté et le choeur a été allongé, avec son chevet à quatre noues daté de 1658.
    Le clocher porche, daté de 1634-1691, est de type trégorois, avec trois chambres de cloches accessibles par une tourelle d’escaliers.
    L’église renferme un retable en bois polychrome de la fin du XVe siècle, de style flamand. Le plafond du Choeur et des transepts est historié et peint.
    L’église dépendait jadis de la commanderie du Palacret située à Pont-Melvez.
    
    Situation : Le village de Locquirec se trouve à environ 15 kilomètres au nord-est de Morlaix.

 
      

Eglise Saint-Jacques (à Perros-Guirec)

Eglise Saint-Jacques
Perros-Guirec
Côtes d'Armor

    L’église Saint-Jacques, classée monument historique en1901, a été édifiée à partir de la fin du XIe siècle, sur la colline dominant le vieux Perros.
    De l’édifice initial, il demeure la nef romane et le porche sud.
    Les dix piliers de la nef romane (XIe et XIIe siècles) présentent des chapiteaux sculptés de motifs celtiques ou bibliques. En particulier, le deuxième pilier représente l'arrivée de Saint-Guirec à Perros.
    Le tympan du porche sud représente le Christ entre le lion de Saint Marc et l’aigle de Saint Jean.
    Une nef gothique est venue prolonger la nef romane au XIVe siècle. La tour carrée date également de cette période ; la balustrade et le curieux dôme à flèche pyramidale la surmontant sont du XVIIe siècle.
    Les deux transepts ont été ajoutés au XXe siècle.
    A l’intérieur, le visiteur pourra découvrir un beau retable du XVIIe siècle comprenant dix-neuf statuettes finement façonnées. L’église renferme aussi un bénitier du XIIe siècle et une mesure à grains du XIVe siècle ; cette mesure était utilisée pour recevoir et évaluer les offrandes en grains.
    L’orgue a été réalisé en 1996-1997 par Yves Fossaert ; celui-ci a utilisé au maximum des techniques anciennes et des matériaux traditionnels tels que le chêne ou le plomb.
    
    Situation : l’église Saint-Jacques est située au centre de la ville de Perros-Guirec.

 
      

Eglise Saint-Jean du Baly (à Lannion)

Le Baly
Lannion
Côtes d'Armor

    C’est au XVI ème siècle que cet édifice remplaça la chapelle dépendant du château de Lannion et dédiée à Saint Eloi. Les travaux commencèrent en 1519 et s’achevèrent en 1548.
    En 1643, il fut décidé d’élever une flèche de bois, recouverte d’ardoises et coiffée de plomb, au sommet de l’imposante tour.
    Toutefois, l’une des poutres de la charpente se rompit et la flèche pencha dangereusement. En 1760, le duc d’Aiguillon, commandant de la province, ordonna sa démolition.
    La flèche de granit prévue pour la remplacer ne fut jamais construite, faute de moyens.
    Durant la seconde guerre mondiale, les allemands hissèrent au sommet de la tour une croix gammée. A la libération, les lannionais s’empressèrent de remplacer ce symbole de l’occupant par le drapeau français.
    A l’origine l’église était dédiée à Notre-Dame ; en 1839, elle fut placée sous le vocable de Saint-Jean auquel on ajouta ‘du Baly’, en référence à la promenade du Baly aménagée à l’emplacement des anciennes murailles de la ville (le verbe se promener se traduit en breton par bale).
    A l’intérieur de l’église, on peut découvrir un pilier creux muni d’un escalier à vis. Autrefois, cet escalier permettait d’accéder à un jubé aujourd’hui disparu. On observera des marques sur certaines pierres du pilier creux ; ces marques servaient probablement à comptabiliser le nombre de pierres taillées par chaque ouvrier.
    L’église contient aussi une chaire à prêcher de la fin du XVII ème siècle ainsi qu’un autel en marbre blanc et des retables du XVIII ème siècle.
    Dans l’enclos paroissial, on remarquera un beau calvaire qui fut réalisé par Yves Hernot pour l’exposition universelle de 1867.
   

 
      

Eglise Saint-Jean-Baptiste (à Etables-sur-Mer)

Etables-sur-Mer
Côtes d'Armor

L'église Saint-Jean-Baptiste date du XIVe siècle. L'édifice est agrandi en 1622 côté sud, par la chapelle Sainte-Anne.

Le choeur, de forme ronde et surmonté d'une coupole date de 1770.

Le clocher carré à trois étages surmonté d'une Vierge de 3,5 mètres de haut est édifié en 1778.

L'édifice abrite une statue de 'Maria Santissima bambina', datant de 1922 , en provenance d'Italie.

 
      

Eglise Saint-Jean-Baptiste (à Saint-Jean-du-Doigt)

Saint-Jean-du-Doigt
Finistère

    Cet enclos paroissial doit son nom et sa renommée à une phalange digitale de Jean-Baptiste.
    La date à laquelle fut recueillie la relique n’est pas connue précisément ; elle intervint avant 1440, date à laquelle le Duc de Bretagne, Jean V, fonda l’église pour accueillir la relique.
    Par la suite, le sanctuaire devint un important lieu de pèlerinage. L’histoire raconte qu’Anne de Bretagne fit le déplacement à pied de Morlaix à Saint-Jean pour bénéficier des vertus des reliques de Saint-Jean.
    L’église a été agrandie en 1513. Une flèche a été ajoutée au sommet du clocher de 1566 à 1571 ; détruite par un orage en 1925, la flèche n’a pas été reconstruite par la suite.
    A la base du clocher se trouvent deux ossuaires datant des XVe et XVIIe siècles.
    Un arc triomphal gothique (1585) ouvre sur l’enclos dans lequel le visiteur pourra découvrir une élégante fontaine datant du XVIIe siècle et un oratoire édifié en 1577.
    Outre le reliquaire contenant le doigt de Saint-Jean, l’église possède aussi un reliquaire en argent du XVIe siècle contenant le chef de Saint-Mériadec et un bras reliquaire de Saint-Maudet (XVIe),
    En 1990, Louis René Petit a créé un ensemble de vitraux représentant la transfiguration du Christ, l’arbre de Jessé et l’Apocalypse.
    Le réputé pardon de la Saint-Jean se déroule à la fin juin.
    
    Situation : Le bourg de Saint-Jean-du-Doigt se trouve à environ 12 kilomètres au nord-est de Morlaix.
   

 
      

Eglise Saint-Laurent

Saint-Laurent
Côtes d'Armor

    Edifiée au XIVe siècle par les moines Hospitaliers du Palacret, l’église a d’abord été vouée à Saint-Louran, un saint breton. Ce n’est qu’au XVIIe siècle que l’édifice a été dédié à Saint-Laurent, un martyr romain.
    Le chevet et le porche sud date du XIVe siècle ; on remarquera que ce porche présente des similitudes avec celui de la tour des cloches de la cathédrale de Tréguier.
    Le clocher-mur, édifié à la fin du XVIIe siècle, comporte trois chambres de cloches surmontées d’un clocheton en forme de dôme.
    L’église a été restaurée à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.
    Un petit reliquaire d’attache est adossé à l’angle sud-ouest de l’édifice.
    En entrant, le visiteur remarquera la Croix de Malte gravée dans le tympan du porche sud, au dessus de la porte; cette croix est l’écusson des Hospitaliers, fondateurs de l’église. La Commanderie du Palacret se trouvait à proximité, en bordure du Jaudy.
    A l’intérieur, le visiteur découvrira des lambris historiés par Augustin Loyer en 1859 ainsi qu’un panneau en albâtre du XVe représentant le baiser de Judas. Le bénitier en granit date du XIVe siècle.
    
    Situation : le village de Saint-Laurent est situé à environ 10 kilomètres au nord-ouest de Guingamp.
  

 
      

Eglise Saint-Loup (à Lanloup)

Lanloup
Côtes d'Armor

Cette église a été construite aux XVe et XVIe siècles, à l’emplacement d’un édifice datant du XIIIe siècle. Les fondateurs sont les seigneurs de la Noë-Verte et de Kerjolis.

L’édifice, orné de gargouilles représentant divers animaux mythiques, possède un clocher-mur flanqué d’une tourelle.

Le porche sud, construit vers 1550 à l’emplacement de l’ancienne chapelle Saint-Gilles, abrite les statues des douze apôtres, avec les évangélistes aux quatre coins.

La chapelle sud a été ajoutée en 1767 et le choeur a été refait en 1720, sur les plans d’Aufray.

Sur le placître se trouve un calvaire du XVIe siècle. Le Christ en croix est entouré de Marie, la tête inclinée, les mains jointes, et Saint-Jean, les yeux levés.

L’intérieur de l’église renferme une statue de granit représentant Saint-Loup. Evêque de Troyes en 426, Saint-Loup lutta, avec l’aide de Saint-Germain d’Auxerre, contre une hérésie en Grande Bretagne.

Le visiteur peut aussi découvrir une Vierge du XIVe siècle ainsi qu’une toile intitulée ‘Crucifixion’, oeuvre de Georges Le Tourneur. Cette peinture, datée de 1634, représente les visages des donateurs, Guillaume de Lanloup et Françoise du Perrier, priant au pied de la Croix.

Situation : Le petit village de Lanloup se trouve à proximité de la route côtière joignant Plouha à Paimpol, environ 4 kilomètres après avoir quitté Plouha.

 
      

Eglise Saint-Melaine (à Morlaix)

Eglise Saint-Melaine
Morlaix
Finistère

    Construite sur les hauteurs dominant la rivière, l’église Saint-Melaine adopte un style gothique flamboyant.
    Les travaux de construction de l’édifice furent menés par Philippe de Beaumanoir à partir de 1489. A partir de 1500, son fils, Etienne, prit le relais ; les travaux s’achevèrent en 1516.
    La tour carrée fut édifiée en 1574 ; la flèche la dominant fut posée au XIXe siècle.
    Le porche principal donne sur un grand escalier de granit descendant vers la rive.
    L’intérieur de l’église renferme des fonts baptismaux baroques datant de 1660 ainsi qu’une statue de Saint-Melaine du XVIe siècle.
    Par le passé, l’église était prieuré de l’abbaye Saint-Melaine de Rennes.
    Moine dans la région de Redon, Saint-Melaine fut élu évêque de Rennes en 491. Homme d’église et fin diplomate, il devint conseiller de Clovis et travailla au rapprochement de l’église armoricaine avec Rome. Son tombeau à Rennes devint rapidement un lieu de vénération. Une abbaye dédiée au saint fut construite à Rennes au XIe siècle ; le rayonnement de cette abbaye fut très grand : à la fin du XIIe siècle, les moines de Saint-Melaine détenaient une centaine d’églises, rayonnant jusqu’en Angleterre.

 
      

Eglise Saint-Mélar (à Lanmeur)

Lanmeur
Finistère


    De l’ancienne église, reconstruite en 1903, il ne subsiste que le portail roman (XIIe-XIIIe) et surtout la crypte dont la construction daterait du Xe siècle.
    Cette crypte fut construite pour abriter les restes de Saint-Mélar, jeune prince martyr de la dynastie bretonne.
    On descend de l’église dans la crypte par un escalier. La chapelle souterraine mesure 8 mètres de long sur 5 mètres de large ; elle est divisée en trois petites nefs par deux rangs de quatre colonnes. Ces colonnes soutiennent des arcades s’élevant à environ deux mètres de hauteur.
    Les piliers proches des reliques du saint sont sculptés de serpents ou de lianes.
    Une petite fontaine se trouve à la droite de l’entrée ; cette fontaine aurait servi jadis à des baptêmes druidiques.
    Autrefois, il existait dans le mur occidental de petites meurtrières qui permettaient aux pélerins d’apercevoir le tombeau de Saint-Mélar de l’extérieur.
    
    Situation : La ville de Lanmeur se trouve à environ 12 kilomètres au nord-est de Morlaix.
    

 

 
      

Eglise Saint-Milliau (à Ploumilliau)

Ploumilliau
Côtes d'Armor

    Il semble qu’un premier édifice ait été construit très tôt à cet emplacement, juste après la création de la paroisse ; il aurait été restauré au VIIIe puis au XIe ou XIIe siècle.
    La construction d’une nouvelle église démarra en 1490, sous la direction de Philippe de Beaumanoir.
    Alors qu ‘elle n’était pas encore achevée, l’église fut détruite pendant les guerres de la Ligue, en 1590.
    Seuls subsistèrent le clocher-mur et les trois premières travées de la nef.
    Les travaux de reconstruction furent réalisés rapidement : le pignon oriental avec chevet plat fut achevé en 1602, la nef fut terminée en 1608.
    Des modifications importantes furent réalisées au XIXe siècle, sur les plans de l’abbé Villiers de l’Isle-Adam.
    Le porche gothique est surmonté d’une chambre d’archives à laquelle on accède par une tourelle ajourée se terminant par une élégante pyramide octogonale. Une tourelle identique mais plus élevée permet d’accéder au clocher-mur.
    L’église abrite une statue de l’Ankou datant du XVIIe siècle. Cette statue représente un squelette armé d’une faux. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, la statue était placée près du cercueil lors des enterrements.
    L’église renferme aussi treize panneaux de retable sculptés polychromes, évoquant la Passion du Christ ainsi qu’une statue de Saint-Milliau portant sa tête sous son bras.
    Comte de Cornouailles, Saint-Milliau régna sur la Domnonée, un royaume couvrant le nord de la Bretagne, de Dol jusqu’au Léon. Apprécié de son peuple en raison de sa bonté et de sa générosité, Milliau fut décapité par son frère cadet Rivod ; par la suite, il fut considéré comme un martyr.
    
    Situation : Le village de Ploumilliau se trouve à 6 kilomètres au sud-ouest de Lannion.