mardi, 25 avril 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

Histoire du Trégor

Le territoire

  Le territoire du Trégor correspond à celui de l’ancien évêché de Tréguier. Celui-ci a été créé au VIe siècle par Tugdual, saint évangélisateur arrivé d’Outre-Manche.

  L’évêché de Tréguier a disparu pendant la Révolution française et le diocèse du même nom a été rattaché à celui de Saint-Brieuc.

  Du point de vue administratif, le Trégor a été scindé en deux parties : l’ouest du territoire a été inclus dans le Finistère, l’est dans les Côtes du Nord.

  Malgré cette disparition officielle, le sentiment d’appartenance au Trégor est demeuré vivant chez les habitants. Plusieurs éléments ont participé au maintien de cette appartenance au cours des siècles qui ont suivi:

  • la langue : pendant longtemps, le breton du Trégor a continué d’être parlé sur tout le territoire de l’ancien évêché,
  • la coiffe : la coiffe trégoroise s’étendait avec homogénéité sur tout l’ensemble du territoire,
  • le culte de Saint-Yves : l’ancien évêché rassemblait ses habitants autour du culte de Saint-Yves.

  Aujourd’hui, ce sentiment d’appartenance demeure ; il se traduit au travers des nombreuses enseignes commerciales utilisant le terme de Trégor. Par ailleurs, un nouveau pays récemment mis en place a pris le nom de Trégor-Goëlo.

  Du point de vue géographique, le territoire du Trégor est limité à l’est par le Leff, un affluent du Trieux prenant sa source près de Quintin.

  Au sud, ce sont les Monts-d’Arrée qui forment la frontière avec la Cornouaille. Cette limite est la ligne de partage des eaux entre les rivières arrosant le Trégor et celles arrosant la Cornouaille.

  A l’ouest, c’est le Queffleuth, une petite rivière prenant sa source dans les Monts d’Arrée, qui forme la limite avec le Léon.

  Le territoire du Trégor représente une surface de 2250 kilomètres carrés répartie sur 127 communes. Sa population avoisine les 200 000 habitants.